famille des asteracees marguerites

Comment reconnaître une fleur de la famille Asteraceae ?

On parle souvent de fleurs mais jamais des grandes familles reconnaissables par leurs diverses spécificités comme les Asteraceae. Parmi les fleurs les plus connues, on retrouve l’œillet d’inde, les marguerites, le Calendula ou encore le pissenlit. Aujourd’hui, on vous en dit plus sur cette belle famille des Astéracées: leur floraison, les spécificités ou encore le mode de reproduction.

Que sont les Asteraceae ?

Les Asteraceae (ou Astéracées), sont la famille des asters, marguerites ou composées de l’ordre des plantes à fleurs. Les Astéracées sont l’une des plus grandes familles de plantes que l’on peut retrouver dans le monde en particulier dans les jardins ornementaux. 

Les Astéracées sont représentés par de nombreuses plantes ornementales que l’on retrouve dans les jardins. Parmis les plus populaires on retrouve:

zinnias fleurs asteracees

Parmi les autres plantes de jardin et fleurs sauvages bien connues, on retrouve d’autres variétés comme:

  • La boltonie, 
  • Le brachycome, 
  • La bardane (Arctium), 
  • La pétasite (Petasites), 
  • L’hypochoeris (oreille de chat), 
  • Le gerbera, 
  • La crépis (Crepis), 
  • L’inule, 
  • La matricaire,
  • La piqueria. 

Certains genres d’Asteraceae sont considérés comme des mauvaises herbes. C’est le cas du pissenlit (Taraxacum), de l’ambroisie (Ambrosia) et du chardon par exemple. 

reconnaitre les asteraceae

Comment reconnaître les Astéracées ?

La forme des fleurons

Les membres de la famille ont des capitules composés de nombreuses petites fleurs, appelées fleurons, qui sont entourées de bractées (structures ressemblant à des feuilles). Les fleurons discoïdes en forme de cloche forment le centre de chaque tête. Les fleurs ligulées s’étendent comme des pétales à partir du centre et sont parfois repliées. Chez certaines espèces, les fleurs ne comportent que des fleurons discoïdes ou des fleurons radiés.

Les feuilles

Les feuilles des Astéracées sont simples ou parfois composées, et leur disposition le long de la tige peut être opposée, alternée ou, plus rarement, verticillée. Il n’est pas rare qu’elles soient opposées vers la base de la tige et alternées au-dessus. 

Le pistil des Astéracées

Le pistil (fleur femelle) est composé de deux carpelles (enveloppes protectrices), qui sont réunis pour former un ovaire composé avec un style terminal. Il existe généralement une zone productrice de nectar (nectaire) sous la forme d’un anneau minuscule entourant le style au sommet de l’ovaire. L’ovaire n’a qu’un seul locule (cavité de la graine), avec un seul ovule sortant de la base. 

Le fait que l’ovule soit basal est la meilleure caractéristique unique qui distingue les Asteraceae des Calyceraceae apparentées, qui ont également des têtes involucrées avec un mécanisme de présentation du pollen similaire, mais dont l’ovule est suspendu au sommet de l’ovaire.

asteracees fleurs types

Les fleurs des Astéracées

La caractéristique générale la plus évidente et la plus remarquable des Astéracées est que les fleurs sont regroupées de manière caractéristique et ressemblent superficiellement à des fleurs individuelles. Chez plus de la moitié des membres de la famille des Astéracées, les fleurs de la rangée ou des rangées les plus extérieures de la tête ont une corolle modifiée, souvent plate et allongée. Elle ressemble à un pétale individuel. 

Ainsi, les pétales d’une marguerite ou d’un tournesol sont en fait les fleurs les plus externes de la tête. Une inflorescence de cette famille peut compter plus de 1 000 fleurons, et les têtes peuvent être regroupées en arrangements secondaires plus complexes appelés capitules.

Lorsqu’ils sont présents, les pétales des fleurs des Astéracées sont réunis par leurs bords, formant une corolle tubulaire ou en forme de bande qui possède souvent des dents apicales représentant les extrémités des pétales. Le calice des Astéracées est tellement modifié, contrairement à celui des autres familles, qu’on lui donne un nom différent, le pappus. Le pappus est constitué d’une à plusieurs écailles sèches, de pointes ou de poils capillaires (ressemblant à des cheveux). 

Chez certaines fleurs, les écailles peuvent être reliées par leurs bords pour former une sorte de couronne au sommet de l’ovaire. Chez quelques variétés comme le Marshallia, le calice est constitué de cinq écailles placées régulièrement qui sont manifestement homologues des sépales.

floraison asteraceae

La floraison des Asteraceae

La séquence de floraison au sein des têtes individuelles est toujours centripète, les fleurs extérieures fleurissent en premier, avec une spirale progressive de floraison vers le centre de la tête. La disposition secondaire des capitules des Astéracées est typiquement déterminée. Le capitule terminal de l’axe principal fleurit en premier, suivi par les capitules terminaux des branches principales.

Ensuite, la séquence est mixte, avec à la fois des composants cymoses et racémiques. Ce n’est que rarement, et alors clairement comme une condition dérivée, que l’inflorescence secondaire est entièrement racémique, avec les têtes les plus basses fleurissant en premier et les têtes terminales en dernier.

Les différents types de fleurs

Les têtes individuelles

Les têtes individuelles de la plupart des membres des Asteraceae sont dites discoïdes, radiées ou ligulées, selon les types de fleurs qu’elles contiennent. Le type le plus simple est la tête discoïde, dans laquelle les fleurs ont une corolle régulière et tubulaire, avec généralement quatre ou cinq dents apicales représentant les extrémités des pétales. Ce type de fleur s’appelle une fleur en forme de disque. Habituellement, les fleurs d’un capitule discoïde sont toutes bisexuées et fertiles. Les chardons et les ageratums sont des exemples d’espèces d’Asteraceae à tête discoïde.

dahlia famille des asteracees

Le capitule radié

Le capitule radié comporte des fleurs en forme de disque au centre, entourées d’une ou de plusieurs rangées marginales de fleurs en forme de rayons, dont la corolle est irrégulière. Les corolles sont tubulaires à la base mais se prolongent sur le côté extérieur par une projection généralement plate, le rayon ou la ligule. Ces rayons sont les parties ressemblant à des pétales, si l’on compare le capitule à une fleur ordinaire. 

Les espèces à tête rayonnées

Les fleurs ligulées des capitules rayonnés sont soit pistillées (femelles), soit neutres (avec un ovaire vestigial, non fonctionnel). Les fleurs du disque d’un capitule radié ont généralement les deux sexes, mais elles sont parfois fonctionnellement staminées, avec un mécanisme normal de présentation du pollen mais sans ovaire fonctionnel.

Les variétés à tête rayonnée mutent de telle sorte que la plupart ou la totalité des fleurs sont transformées en fleurs rayonnées, avec aucune ou quelques fleurs discrètes normales au centre. Ces formes à fleurs doubles ne survivent pas à la concurrence dans la nature, mais elles sont appréciées et perpétuées en horticulture. 

Les chrysanthèmes à fleurs de marguerite, qui n’ont qu’une seule rangée de fleurs ligulées, ont le type normal de tête rayonnée, mais les chrysanthèmes les plus couramment cultivés sont à fleurs doubles. Le dahlia de jardin est un autre membre des Asteraceae qui est cultivé dans les deux types de fleurs, normales et doubles, les fleurs doubles étant plus fréquentes. 

Les têtes discoïdes

La tête discoïde, un dérivé spécial du type radié, ressemble à la tête discoïde en raison de l’absence de rayons marginaux, mais les fleurs extérieures sont pistillées, avec une corolle tubulaire, sans rayons. Les plantes du genre Gnaphalium ont une tête discoïde. Certaines variétés d’une même espèce, comme l’Erigeron compositus présentent une série complète de transitions entre le type de tête radié et le type disciforme, avec des degrés variables de suppression de la ligule sur les fleurs pistillées.

Les têtes ligulées

Alors que des inflorescences des autres têtes se produisent pour diverses variétés d’Astéracées, la tête ligulée est presque entièrement limitée à une variété: la Lactuceae (Cichorieae), et se trouve chez toutes les plantes de la même famille. Les têtes ligulées sont entièrement constituées d’un seul type de fleur, la fleur ligulée. Les fleurs ligulées possèdent une corolle tubulaire à la base et prolongée sur le côté extérieur par une ligule plate en forme de bande. 

asteraceae floraison reproduction pollinisation

La pollinisation des Asteraceae

Les membres des Asteraceae, utilisent un système de pollinisation connu sous le nom de pollinisation par piston, ou secondaire. Les fleurs sont telles que les étamines forment un tube autour du style immature, avec leurs surfaces polliniques tournées vers l’intérieur. Lorsque le style s’allonge dans le tube d’anthères, il pousse le pollen vers l’extérieur sur des poils spécialisés situés sous le stigmate fermé. Ces poils présentent le pollen aux pollinisateurs alors que le stigmate est encore non réceptif. Lorsque le stigmate devient réceptif, il attend le pollen allogame jusqu’à la fin de sa période de réceptivité. Il se recourbe alors pour s’auto-polliniser avec les poils recouverts de pollen, assurant ainsi la production de graines.

La pollinisation est effectuée par divers agents, le plus souvent par différentes sortes d’insectes comme les abeilles ou les papillons. Les fleurs individuelles de la plupart des espèces d’Astéracées sont relativement petites, et le nectar contenu dans le tube de la corolle est facilement accessible à la plupart des insectes. Le pollen lui-même est librement exposé sur la surface de la tête, et une seule tête est susceptible d’être visitée par plusieurs types d’insectes. 

les asteracees font elles des fruits

Les Astéracées produisent-elles des fruits ? 

Plusieurs genres et espèces individuelles sont connus pour se reproduire par apomixie (la mise en place de graines sans fertilisation), soit complètement, soit en plus des moyens normaux. Le genre Antennaria, est dioïque, et certaines espèces ne sont représentées dans une grande partie de leur aire de répartition que par des plantes pistillées. 

La reproduction sexuelle normale donne un nombre égal de plantes staminées et pistillées, mais la reproduction apomictique ne donne que des plantes pistillées. L’apomixie est souvent associée à la polyploïdie chez les Astéracées, ainsi qu’à un passé d’hybridation.

Les membres des Astéracées produisent un type de fruit appelé akène, qui est sec et à graine unique et ne s’ouvre pas à maturité. Les graines apparentes du tournesol, par exemple, sont des akènes. La coque est la paroi de l’akène, et l’enveloppe de la graine qui entoure l’embryon est une fine couche de papier. La graine n’a pratiquement pas d’endosperme, ses réserves alimentaires sont stockées en grande partie dans les deux cotylédons (feuilles de la graine) de l’embryon. 

tournesol variete asteraceae

Les graines de nombreuses espèces d’Astéracées sont distribuées de diverses manières, souvent aidées par des modifications de la pelote florale. Lorsque le pappus est constitué de nombreuses soies capillaires, comme chez la Taraxacum officinale (le pissenlit), il facilite la distribution des akènes par le vent en assurant une flottaison. 

Chez d’autres variétés, comme le Bidens, les aisselles du pappus sont barbelées, ce qui leur permet de s’accrocher, et certains akènes sont ainsi transportés par les animaux ou en s’accrochant à nos vêtements. De même, certaines espèces ont des structures barbelées ou sont munies de crochets ou d’épines, comme le Xanthium strumarium (lampourde) ou l’Arctium (bardane). 

Chez la lampourde et la bardane, les bractées protectrices entourant la tête en développement sont munies de crochets, et la tête entière est distribuée intacte. On dit que les têtes crochues de la bardane ont inspiré l’invention du Velcro, une fermeture de tissu moderne utilisant de nombreux petits crochets qui s’attachent à une base contenant de nombreuses petites boucles. 

Retour haut de page